Genèse d’un roman, bis :

La semaine dernière, je vous faisais découvrir le brouillon du début du commencement de l’idée de Seul le bonheur.

Les plus perspicaces d’entre vous auront remarqué, en bas à droite du feuillet, une flèche.

Quand on ouvre la feuille pliée en deux, voilà ce que l’on découvre :

numérisation0027

 

Si vous y comprenez quelque chose, prévenez-moi en commentaire, car je me demande encore comment j’ai pu écrire un roman de 176 pages à partir de ça !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s