Le lecteur est… une lectrice

Si j’en crois les statistiques, l’homo litteratis est une femme ; en d’autres mots, les lecteurs sont des lectrices.

Vous allez me dire que l’on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres, pour peu qu’on les rudoie, les séduise, les manipule ou les achète. C’est vrai,  je peux avancer sans crainte que 100% des lecteurs de cet article ayant des seins, un vagin et un cerveau sont des femmes alors que 100% des hommes qui ne lisent pas cet articles font autre chose !

Mais, puisque nous sommes entre nous, je vais vous montrer, Mesdames, Mesdemoiselles, Monsieur, (oui, toi qui es tout seul, mais reste quand même), je vais vous montrer, disais-je, une petite photo de groupe. Une photo de vous :

stat

Bon, j’avoue, ce n’est pas la plus belles des images, mais c’est vous, mes lecteurs, ou devrais-je dire, mes lectrices. Ce sont les stats de ma page-auteur Facebook, celle-ci.
J’en conviens, ce n’est pas très scientifique, j’extrapole quelque peu en supposant que les fans de cette page sont les lect(eurs)rices de mes livres.

Donc vous, mes lecteurs, vous êtes surtout des femmes, la petite quarantaine (à plus ou moins dix ans près), vous êtes belles, vives, intelligentes et vous avez bon goût ! Et oui, croyez-en mes longues études scientifiques, je peux (presque) voir tout ça dans ce diagramme.
Ceci étant dit, parlez-moi de vous, y a que ça qui nous intéresse !

Publicités

La femme est l’avenir de l’homme !

« Les jeunes d’aujourd’hui, c’est plus ce que c’était, ma bonne dame » dirait madame Michu.

On entend souvent dire que les gens ne lisent plus, ou plutôt que les jeunes ne lisent plus. Ce n’est pas faux, mais pas tout à fait vrai. Il suffit de regarder qui tient les blogs littéraires, qui est inscrit sur les sites de lecture tels que Babelio ou Booknode, qui a une page Facebook consacrée à la lecture pour voir que les lecteurs sont des lectrices. C’est d’autant plus vrai à l’adolescence où la notion de lecture-plaisir est quasi absente chez les garçons (qui trouvent dans d’autres activités digito-palmaires la source de leur épanouissement personnel.)

Alors bien-sûr, il ne faut pas caricaturer, il y a des garçons qui dévorent les livres et des filles qui n’ont jamais lu autre chose que les paroles des chansons de Shy’m (attention, ça pique les yeux !).

La bonne nouvelle, quand on sait qu’un enfant qui lit devient un adulte qui pense, la bonne nouvelle, disais-je, c’est qu’à ce rythme là, dans une cinquantaine d’années, les filles seront majoritairement celles qui auront un peu de culture et de savoir. Et qui dit savoir, dit pouvoir.

Gageons donc que d’ici quelques décennies, les filles auront pris l’ascendant sur les phallocrates de tous poils !

Aragon avait raison, la femme est bien l’avenir de l’Homme !